Paroisse de l'Immaculée Conception

Faubourg Bonnefoy, Toulouse

Page Facebook

 

Vendredi 31 mai 2013

 

4h. Allaaaaaaaaaaahou akbaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaar

Ah ?! On l’avait oublié, celui-là ! À Bethléem, le muezzin s’était fait entendre. Mais en Galilée, on en avait perdu l’habitude. Nous voici à Jérusalem, et il faudra le supporter. Que le Seigneur bénisse nos frères Musulmans.

L’avantage, c’est que ça permet d’être debout avant le lever du soleil et de profiter d’un magnifique spectacle, depuis la terrasse de l’hôtel.

 

 

Après un copieux petit déjeuner, nous voici partis. Il faut sortir de la vieille ville par la porte de Jaffa pour rejoindre le bus.

 

 

Visualiser la "Porte de Jaffa" sur Google Earth.

Avant d’aller plus loin, petite présentation de Jérusalem.

Jérusalem est bâtie à l’intersection de 3 vallées : le Cédron, le Tyropéon, la Géhenne. Le seul point d’eau permanent à des km à la ronde est la source de Gihon. Voilà pourquoi la ville s’est d’abord construite entre le Cédron et le Tyropéon : c’est la « Cité de David », la Jérusalem prise par David, en pointillés noirs.

Puis Jérusalem s’est développée. Le trait violet montre les remparts au temps de Jésus.

Au temps de la domination musulmane, les remparts ont été redessinés. Ce sont ceux que nous voyons aujourd’hui, suivant le trait vert.

 

Le Temple, bâti par Salomon, a été détruit en 587 av. JC. Puis un 2e Temple a été construit au 5e siècle av. JC. Enfin, Hérode le grand fait construire une immense esplanade tout autour du Temple.

Le 2e Temple ayant été détruit par les Romains en 70 ap. JC, l’esplanade a été utilisée par les musulmans qui y ont construit les deux mosquées : Al Aqsa, et le fameux Dôme du Rocher recouvert d’or.

Le « mur des lamentations » appelé « mur occidental » par les Juifs est cette partie du mur de l’esplanade d’Hérode qui se trouve à gauche, entre les deux ponts d’accès.

 

La ville actuelle de Jérusalem possède 8 portes, dont une qui est murée (la porte dorée, dont on dit que le Messie y entrera, quand il viendra)

 

Notre bus contourne donc la vieille ville dans le sens des aiguilles d’une montre. Voici la porte de Damas, puis la porte d’Hérode (la plus étroite).

 

Nous arrivons ensuite dans la vallée du Cédron. La route traverse le cimetière juif.

 

En passant de l’autre côté du mont des Oliviers, nous arrivons à Bethphagé.

 

 

Visualiser "Bethphagé" sur Google Earth.

L’église fait mémoire, bien sûr de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Un groupe de pèlerins chinois est déjà là, chacun avec sa tablette. Dès qu’ils sont partis, nous célébrons les laudes.

 

 

Quand ils approchèrent de Jérusalem et arrivèrent en vue de Bethphagé, au mont des  Oliviers, alors Jésus envoya deux disciples en leur disant: "Rendez-vous au village qui est en face de vous; et aussitôt vous trouverez, à l'attache, une ânesse avec son ânon près d'elle; détachez-la et amenez-les-moi. Et si quelqu'un vous dit quelque chose, vous direz: Le Seigneur en a besoin, mais aussitôt il les renverra." Ceci advint pour que s'accomplît l'oracle du prophète:

Dites à la fille de Sion: Voici que ton Roi vient à toi; modeste, il monte une ânesse, et un ânon, petit d'une bête de somme.

Les disciples allèrent donc et, faisant comme leur avait ordonné Jésus, ils amenèrent l'ânesse et l'ânon. Puis ils disposèrent sur eux leurs manteaux et Jésus s'assit dessus. Alors les gens, en très nombreuse foule, étendirent leurs manteaux sur le chemin; d'autres coupaient des branches aux arbres et en jonchaient le chemin. Les foules qui marchaient devant lui et celles qui suivaient criaient:

"Hosanna au fils de David! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! Hosanna au plus haut des cieux!"

Quand il entra dans Jérusalem, toute la ville fut agitée. "Qui est-ce?" Disait-on, et les foules disaient: "C'est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée."

Mt 21,1-10

 

Alors, à la suite de Jésus, nous montons au sommet du mont des Oliviers !

Nous en profitons pour visiter la chapelle de l’Ascension.

 

 

Visualiser "La Chapelle de l'Ascension" sur Google Earth.

Traversons la route.

 

Et nous voici au Carmel du Notre Père.

Visualiser le "Carmel du Notre-Père" sur Google Earth.

À l’époque byzantine, St Hélène avait fait construire une immense basilique : l’Eléona (qui signifie « Oliveraie »), construite sur le site où Jésus a enseigné le Notre Père, et où il a prononcé son discours apocalyptique (Mt 24 – Mc 13 – Lc 21).

Sur les ruines de cette église a été construit au 19e siècle un cloitre et un monastère de carmélites.

 

C’est là qu’on trouve la prière du Seigneur en environ 170 langues.

 

C’est évidemment en araméen que Jésus a enseigné cette prière à ses disciples.

 

Nous descendons dans la grotte au-dessus de laquelle était bâtie l’Eléona pour dire et chanter solennellement le Notre Père.

 

Nous entrons ensuite dans l’église du Carmel pour y célébrer l’Eucharistie.

 

 

Comme Jésus sortait du Temple, un de ses disciples lui dit : « Maître, regarde : quelles belles pierres ! Quelles belles constructions ! » Mais Jésus lui dit : « Tu vois ces grandes constructions ? Il n'en restera pas pierre sur pierre ; tout sera détruit. » Et comme il s'était assis au mont des Oliviers, en face du Temple, Pierre, Jacques, Jean et André l'interrogeaient à part : « Dis-nous quand cela arrivera, dis-nous quel sera le signe que tout cela va finir. »

Alors Jésus se mit à leur dire : « Prenez garde que personne ne vous égare. Beaucoup viendront sous mon nom, en disant : 'C'est moi', et ils égareront bien des gens. Quand vous entendrez parler de guerres et de rumeurs de guerre, ne vous laissez pas effrayer ; il faut que cela arrive, mais ce ne sera pas encore la fin…

Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison reviendra, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin. Il peut arriver à l'improviste et vous trouver endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez !

Mc 13,1-7.35-37

 

Nous sortons du Carmel. A 300m se trouve le restaurant « Seven Arches » où nous déjeunons.

Visualiser le "Restaurant Seven Arches" sur Google Earth.

 

Après la sieste, c’est la découverte du point de vue unique que l’on a sur Jérusalem.

 

Devant nous, le cimetière juif du mont des Oliviers.

 

En contre-bas, la vallée du Cédron, puis le cimetière musulman, l’esplanade des mosquées, et toute la ville de Jérusalem.

 

Quelques explications un peu plus détaillées :

 

 

 

Regardons de plus près l’esplanade

 

Au temps de Jésus, cette esplanade était le lieu du Temple, immense construction.

 

Aujourd’hui, à la place : le Dôme du Rocher.

 

Un peu plus haut, le St Sépulcre.

 

Nous nous arrachons à cette contemplation pour nous ouvrir à une autre. Nous avons rendez-vous avec les Bénédictines du Mont des Oliviers.

Visualiser "Bénédictines" sur Google Earth.

 

Nous rencontrons Sr Marie-Paule, qui « écrit » des icônes. Belle rencontre avec présentation de la technique de l’icône, et un petit témoignage personnel.

 

Il nous faut maintenant descendre du mont des Oliviers. Le chemin est raide. Nous longeons le cimetière juif.

 

À mi-pente, voici le domaine où se trouve l’église « Dominus flevit » (Le Seigneur pleure), qui fait mémoire des larmes de Jésus en voyant Jérusalem. L’église se veut en forme de larme (à l’envers).

Visualiser "Dominus Flevit" sur Google Earth.

 

Quand il fut proche, à la vue de la ville, il pleura sur elle, en disant: "Ah! Si en ce jour tu avais compris, toi aussi, le message de paix! Mais non, il est demeuré caché à tes yeux. Oui, des jours viendront sur toi, où tes ennemis t'environneront de retranchements, t'investiront, te presseront de toute part. Ils t'écraseront sur le sol, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas reconnu le temps où tu fus visitée!"

Lc 19,41-44

 

 

Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble ses poussins sous ses ailes... et vous n'avez pas voulu!

Mt 23,37

 

 

 

Nous continuons à suivre Jésus avançant vers sa Passion. En bas de la descente se trouve le jardin de Gethsémani.

Visualiser "Gethsémani" sur Google Earth.

 

Les célèbres oliviers que l’on y voit auraient autour de 2000 ans.

 

Il sortit et se rendit, comme de coutume, au mont des Oliviers, et les disciples aussi le suivirent. Parvenu en ce lieu, il leur dit: "Priez, pour ne pas entrer en tentation."

 Puis il s'éloigna d'eux d'environ un jet de pierre et, fléchissant les genoux, il priait en disant: "Père, si tu veux, éloigne de moi cette coupe! Cependant, que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne qui se fasse!" Alors lui apparut, venant du ciel, un ange qui le réconfortait. 44 Entré en agonie, il priait de façon plus instante, et sa sueur devint comme de grosses gouttes de sang qui tombaient à terre.

Lc 22,39-44

 

 

 

Une messe est en cours, et nous sommes un peu en retard. Nous n’aurons malheureusement pas le temps de rester. Nous reprenons notre marche pour entrer dans Jérusalem.

 

Dans le fond du Cédron, qui appartient aux Franciscains, quelques tombes chrétiennes.

 

En franchissant le Cédron, nous passons devant la « tombe d’Absalom », du nom du fils rebelle de David (cf. 2 Sam 13 à 19) qui n’a pourtant jamais été enterré ici, et pour cause : le monument daterait du 1e siècle (1000 ans après Absalom).

 

En remontant de l’autre côté, nous admirons la beauté du mont des Oliviers.

 

 

En bas du cimetière juif, il y a également cette « tombe de Zacharie », en forme de pyramide, également du 1e siècle. Vers le 5e siècle, elle aurait contenu des reliques de Zacharie, père de Jean-Baptiste.

 

En contournant l’esplanade des mosquées par la gauche, nous arrivons au sud de la mosquée Al-Aqsa. Au pied de l’esplanade, les archéologues ont dégagés les restes d’une partie de la Jérusalem antique.

 

Au pied de la muraille, en particuliers se trouve les restes du grand escalier permettant d’entrer dans le Temple. Nous le regardons de loin, émus de penser que Jésus l’a gravi de nombreuses fois.

 

 

La montée dans la vieille ville de Jérusalem continue, avec difficulté et courage pour certains.

 

Entrés par la « porte des Immondices », nous grimpons à travers le quartier juif.

 

 

Puis ce sont les souks du quartier musulman. Ah ! Il faudrait entendre l’ambiance sonore, sentir la diversité des odeurs…

 

Nous voici enfin à notre hôtel, le Patriarcat Grec-Catholique.  C’est dans son église que nous célébrons les vêpres.

Photo 982-983

 

Après ce repos dans le Seigneur, nous avons rendez-vous à la grande synagogue de Jérusalem pour y rencontrer le rabbin directeur général de la synagogue, Zev Lanton. Nous partons sans appareils photo. Les photos suivantes viennent de l’internet.

 

 

Visualiser "La Grande Synagogue de Jérusalem" sur Google Earth.

 

Nous recevons de M Lanton un accueil très chaleureux. Il nous fait visiter l’intérieur de la synagogue, donnant l’explication du grand vitrail et de la collection de mezuzah (petits étuis contenant un parchemin où sont recopiés les versets Dt 6,4-9 ; 11,13-21, et placés à l’entrée des maisons juives).

19h30. Nous assistons à l’office d’entrée dans le Sabbat. Les hommes sont en bas, les femmes en haut.

 

Cette expérience de la prière synagogale est émouvante et déroutante en même temps. Émouvante car Jésus est juif et priait comme un juif. Déroutante car pendant tout l’office, ça ne cesse pas de rentrer, sortir, discuter, se saluer, …, et pendant ce temps, le chantre et le chœur portent, conduisent la prière de l’ensemble.

Retour à la vieille ville, à la porte de Jaffa, de nuit.

 

Après une longue journée, un repas oriental festif nous attend. Dommage qu’il ait commencé à 21h15. Mais on y est si bien que la joie fleurit sur les visages.

 

Allez ! Il est 22h30. Tout le monde au lit ! Demain, nous annulons l’office des laudes pour permettre à tout le monde de se reposer un peu plus. Bonne nuit !

 

Revenir à : Accueil

Revenir à : Jour 8 - 30 Mai

Poursuivre vers : Jour 10 - 1 Juin