Paroisse de l'Immaculée Conception

Faubourg Bonnefoy, Toulouse

Page Facebook

 

Dimanche 26 mai 2013

7h30. Les bagages ont été descendus avant le petit déjeuner, et nous voici dans le bus. Direction la Galilée ! Au revoir Bethléem !

Nous contournons Jérusalem, passons sous la grande passerelle en forme de harpe et prenons la voie expresse qui descend vers Tel-Aviv.

 

Nous prendrons ensuite la plaine de Sarôn, vers le nord, puis nous traverserons la chaine du Carmel pour déboucher dans la vallée de Yizréel au nord de laquelle se trouve Nazareth.

Visualiser la route "De Béthléem au mont du précipice à Nazareth" avec Google Earth.

Mais pour l’heure, dans la descente vers Tel-Aviv, nous évoquons la guerre d’indépendance de 1947-1948. Cette route que nous empruntons, unique route à l’époque pour rejoindre Jérusalem, a été le théâtre de violents affrontements. Les restes de voitures blindées témoignent encore des combats.

En arrivant dans la plaine, nous chantons dans le bus les laudes de la solennité de la Trinité.

Ô Trinité éternelle, tu nous as créés pour ta gloire, pour que nous participions à ton éternelle beauté, ô abîme de charité.

Puis, pendant le reste du trajet Ramzi nous fait une synthèse de l’histoire de cette Terre Sainte, depuis Abraham jusqu’à nos jours. Le voyage à travers l’histoire est vertigineux.

Pendant ce temps, nous admirons le paysage de la plaine de Sarôn, très cultivée, en bas des montagnes de Samarie. Puis un échangeur laisse l’autoroute continuer à gauche vers Haïfa, tandis que nous traversons la petite chaine montagneuse du Carmel. À droite et à gauche, des villages arabes.

 

Nous débouchons alors dans la magnifique plaine d’Yizréel, grenier du pays, lieu de bien des batailles du passé. Au loin à droite, le mont Thabor, et à gauche, sur les premières collines de Galilée, Nazareth. Inutile de dire que l’émotion monte d’un cran parmi les pèlerins.

 

Avant d’entrer dans Nazareth, nous gravissons le « Mont du précipice », bien aménagé depuis que le Pape Benoit XVI y a célébré la messe le 14 mai 2009.

 

Visualiser le "Mont du Précipice" avec Google Earth.

Le point de vue y est fantastique, sur toute la vallée d’Yizréel, le mont Thabor et Nazareth.

 

 

Bien sûr, il nous faut lire le passage d’Évangile correspondant :

 

11h30. Le bus nous conduit au cœur de Nazareth.

Nous commençons par visiter l’église orthodoxe St Gabriel, près de la reconstitution de ce que pouvait être autrefois la fontaine du village.

 

Visualiser l'"Eglise St Gabriel" avec Google Earth.

Une tradition non inscrite dans l’Évangile affirme que l’ange Gabriel serait apparu une 1e fois à Marie, sans rien lui dire, ici à l’unique source d’eau alimentant le village. Il lui serait ensuite apparu une 2e fois chez elle, selon le récit de St Luc.

 

Au fond de l’église gazouille la source. Il y a 2000 ans, Marie venait y puiser…

 

En sortant de l’église en direction du centre historique de Nazareth, nous faisons à peu près le chemin de Marie avec sa jarre, sous l’œil des habitants.

 

Avant de rejoindre le restaurant, nous tentons de visiter l’église de la synagogue. Le dimanche, est n’est ouverte, normalement, que le matin. Un baptême ayant lieu dans l’église moderne, la crypte datant des croisés est accessible. Merci Seigneur !

Visualiser l'"Eglise melkite de la synagogue" avec Google Earth.

Cette église a été bâtie sur les ruines de la synagogue du temps de Jésus. C’est donc là que Jésus est venu prier pendant des années, là qu’il est venu annoncer l’accomplissement de la prophétie d’Isaïe.

 

Il vint à Nazara où il avait été élevé, entra, selon sa coutume le jour du sabbat, dans la synagogue, et se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe et, déroulant le livre, il trouva le passage où il était écrit:

               L'Esprit du Seigneur est sur moi,

                 parce qu'il m'a consacré par l'onction,

                 pour porter la bonne nouvelle aux pauvres.

               Il m'a envoyé annoncer aux captifs la délivrance

                 et aux aveugles le retour à la vue,

                 renvoyer en liberté les opprimés,

                 proclamer une année de grâce du Seigneur.

Il replia le livre, le rendit au servant et s'assit. Tous dans la synagogue tenaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire: "Aujourd'hui s'accomplit à vos oreilles ce passage de l'Écriture." Et tous lui rendaient témoignage et étaient en admiration devant les paroles pleines de grâce qui sortaient de sa bouche.

Lc 4,16-22

 

14h. Après un bon repas, 

  nous voici enfin devant la grande basilique de l’Annonciation

 

 

 

Visualiser la "Basilique de l'Annonciation" avec Google Earth.

Sur le parvis extérieur, beaucoup de pays ont offert une mosaïque rendant hommage à la Mère de Dieu.

C’est là que notre guide nous présente la maison de Marie, lieu de l’Annonciation de l’Incarnation. Cette maison, comme toutes celles du village, est semi-troglodytique : la partie reculée de la maison est une grotte.

Au cours des siècles, la grotte seule est demeurée. C’est donc elle qui est vénérée.

On y trouve des traces de vénération chrétienne remontant au 1e siècle ! Au cours des siècles, une basilique byzantine a été élevée autour de cette grotte, puis une église croisée, plus grande, et enfin l’actuelle basilique. Pénétrons dans la basilique.

 

Le sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth, à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David; et le nom de la vierge était Marie. Il entra et lui dit: "Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi." À cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation. Et l'ange lui dit: "Sois sans crainte, Marie; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père; il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n'aura pas de fin." Mais Marie dit à l'ange: "Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d'homme?" L'ange lui répondit: "L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre; c'est pourquoi l'être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu'Élisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile; car rien n'est impossible à Dieu." Marie dit alors: "Je suis la servante du Seigneur; qu'il m'advienne selon ta parole!" Et l'ange la quitta.

Lc 1,26-38

 

 

 

« Ici, le Verbe s’est fait chair » !

 

Après un temps personnel, nous nous dirigeons vers la 2e église des sanctuaires de Nazareth : l’église St Joseph, où nous allons célébrer la messe. Elle est bâtie sur l’emplacement de la maison de St Joseph, où Jésus a donc vécu depuis le retour d’Égypte jusqu’à son départ pour être baptisé au Jourdain.

À la fin de la messe, surprise pour Pierre-Yves : le groupe de pèlerins fête joyeusement son anniversaire d’ordination. Grand merci à tous et au Seigneur !

 

Pour la circonstance, il fallait une photo qu’on ne refera pas de sitôt ! (la sainte Famille, c’est celle du fond).

 

Allez ! Nous quittons Nazareth avec regrets.

Chauffeur, direction Cana ! Ce n’est pas loin.

Visualiser le trajet "De Nazareth à Cana" avec Google Earth.

Trois lieux peuvent prétendre être le village de Cana. Le plus connu est celui où nous allons, mais il n’est pas le plus probable. Un autre se trouve de l’autre côté de la vallée, et la 3e est au sud-Liban.

 

Visualiser "Cana" avec Google Earth.

 

En arrivant à Cana, nous avons (une nouvelle fois) l’occasion de vérifier l’habileté de notre conducteur, le bus se faufilant entre deux rangées de voiture, à 3 ou 4 cm de chaque côté, puis terminant par un créneau ! Bravo !

Au centre du village, voilà l’église du miracle de Cana.

 

Il parait qu’il n’est pas possible de s’arrêter pour prier, car il est 17h passé. « On sait jamais ! » Grâce à l’aide de Ramzi, les franciscains nous ouvrent une chapelle de plein air, pour y célébrer les vêpres.

Le troisième jour, il y eut des noces à Cana de Galilée, et la mère de Jésus y était. Jésus aussi fut invité à ces noces, ainsi que ses disciples. Or il n'y avait plus de vin, car le vin des noces était épuisé. La mère de Jésus lui dit: "Ils n'ont pas de vin." Jésus lui dit: "Que me veux-tu, femme? Mon heure n'est pas encore arrivée." Sa mère dit aux servants: "Tout ce qu'il vous dira, faites-le."

Or il y avait là six jarres de pierre, destinées aux purifications des Juifs, et contenant chacune deux ou trois mesures. Jésus leur dit: "Remplissez d'eau ces jarres." Ils les remplirent jusqu'au bord. Il leur dit: "Puisez maintenant et portez-en au maître du repas." Ils lui en portèrent. Lorsque le maître du repas eut goûté l'eau changée en vin -- et il ne savait pas d'où il venait, tandis que les servants le savaient, eux qui avaient puisé  l'eau -- le maître du repas appelle le marié et lui dit: "Tout homme sert d'abord le bon vin et, quand les gens sont ivres, le moins bon. Toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à présent!" Tel fut le premier des signes de Jésus, il l'accomplit à Cana de Galilée et il manifesta sa gloire et ses disciples crurent en lui.

 

Avant de repartir, il nous faut, bien sûr, nous arrêter (encore !) dans un magasin de souvenir. On y trouve du vin, et des chaussettes pour marcher sur l’eau.

 

À présent, tout le monde dans le bus. Nous partons pour le kibboutz Ma’agan, au bord du lac de Tibériade.

Visualiser le trajet "De Cana au kibboutz Ma'agan" avec Google Earth.

La route nous fait découvrir les paysages de Galilée, que Jésus a parcouru dans bien des sens.

 

Nous passons aussi près des « Cornes de Hattin », où les Croisés ont été vaincus par Saladin en 1187.

 

À la tombée du jour, nous avons la joie de découvrir enfin le lac de Tibériade. Émotion et excitation dans le bus.

 

Nous passons le niveau de la mer et arrivons au bord du lac, à -212 m.

 

Visualiser le "kibboutz Ma'agan" avec Google Earth.

Les craintes d’être hébergés dans un kibboutz (que certains imaginent comme une sorte de camp militaire inconfortable) sont vite chassées. C’est une sorte de petit paradis où nous allons nous reposer des premiers jours du pèlerinage. La soirée de détente est bien accueillie par tous.

 

Revenir à : Accueil

Revenir à : Jour 4 : 25 Mai

Poursuivre avec : Jour 6 - 27 Mai